Plan d'eau dans l'espace naturel régional du plateau de Saclay
Plan d'eau dans l'espace naturel régional du plateau de Saclay
Promenade boisée dans l'espace naturel régional du plateau de Saclay
Promenade boisée dans l'espace naturel régional du plateau de Saclay
Cheval blanc dans la plaine agricole de l'espace naturel régional du plateau de Saclay
Cheval sur la plaine agricole de l'espace naturel régional du Plateau de Saclay
Ciel gris sur champ de blé sur l'espace naturel régional du plateau de Saclay
Champ de blés sur l'espace naturel régional du Plateau de Saclay

Cliquez ici pour découvrir les espaces naturels d'Île-de-France

Préparez votre sortie

Type de lieu

Éléments naturels présents sur ce lieu

Activités

Patrimoine écologique et culturel

Accès

aide

Découvrez également sur ce territoire :

Accéder à la carte

Le protocole de Saclay - Un laboratoire agricole à ciel ouvert

  • Statut du grand projet : En cours
  • Territoire(s) concerné(s) : Plateau de Saclay

Et si l’avenir de l’agriculture se jouait au beau milieu de la « Silicon Valley » française, à quelques dizaines de mètres de l’Ecole Polytechnique ? Propriétaire, à Palaiseau (Essonne), d’une parcelle au passé agricole, l’AEV projette en effet d’y créer un véritable laboratoire scientifique à ciel ouvert, où seraient menées des expérimentations sur la renaturation des sols et l’agroforesterie. Un projet né sous le crayon de Gilles Clément, paysagiste théoricien du jardin en mouvement, du jardin planétaire et du tiers paysage.

Etudiants et cultivateurs

Depuis 1990, l’AEV œuvre pour le maintien d’une agriculture productive sur le plateau de Saclay, dans le cadre d’un PRIF de 2000 Ha au sein duquel 564 Ha ont déjà été acquis. Au sein de ce PRIF s’étend, de Palaiseau à la ferme de Villebon, une zone agricole. Elle est louée, depuis 2011, à un agriculteur qui y pratique des rotations céréalières classiques. Une parcelle de 17 ha, située sur la commune de Palaiseau, entre deux zones boisées, a été détachée de cette zone cultivée, et devrait connaître un tout autre destin dans les prochaines années.

Promenons-nous dans les champs

« Nous étions à la recherche d’une idée originale, qui conjuguait notre volonté de préserver des terres agricoles et celle de la commune de Palaiseau de faire du site un lieu de promenade, se souvient Benoît Lelaure, chargé de mission agriculture à l’AEV; il fallait également que la parcelle fasse le lien entre les espaces boisés pré-existants ». C’est en s’inscrivant dans une dynamique locale - le projet « Art Science Factory », lancé en 2010 par la Communauté d’Agglomération du Plateau de Saclay (CAPS) et le Centre André Malraux de Sarajevo - que l’AEV a pu préciser le devenir du site. Sollicité dans ce cadre, Gilles Clément a proposé d’intervenir sur divers aspects, dont la renaturation des sols agricoles ; le paysagiste a conçu un projet adapté à la parcelle de l’AEV.

Laboratoire à ciel ouvert

Ainsi, sur plusieurs zones de culture, des pratiques issues de méthodes douces (paillage, culture de légumineuses), feraient l’objet d’analyses comparées. « Au bout de quelques années, les exploitants du plateau pourront s’inspirer des pratiques les plus efficaces pour les appliquer sur leurs propres terres », projette le paysagiste. Son projet esquisse la possibilité d’un belvédère de promenade ouvert à tous, à l’orée du bois ; de là, chacun pourra embrasser le site d’un seul coup d’œil et se tenir informé des résultats des analyses. Pour relier les espaces boisés de part et d’autres du site, Gilles Clément a tracé une couronne d’agroforesterie. « Entre les arbres, assez espacés, on peut cultiver, du blé, par exemple, analyse Benoît Lelaure. Cela optimise la quantité de biomasse produite, enrichit la vie des sols et attire les insectes auxiliaires ; et à long terme, le bois des arbres peut à son tour être exploité ». Concrétisé en 2012 avec les premiers croquis de Gilles Clément, ce projet de zone d’agriculture expérimentale devrait être précisé en 2013 ; il s’agit notamment de nouer un partenariat avec un organisme de recherche qui puisse mener à bien, sur plusieurs années, les différentes expérimentations et avec un agriculteur, prêt à se lancer dans l’aventure.

Suivez-nous