Installation d'un platelage en bois pour préserver les milieux naturels en place et rendre la promenade accessible à tous
Installation d'un platelage en bois pour préserver les milieux naturels
Aménagement d'un cheminement secondaire en surplomb de la vallée du Réveillon
Aménagement d'un cheminement secondaire en surplomb de la vallée du Réveillon
Champ fleuri sur la Tégéval
Champ fleuri sur la Tégéval
Le projet de passerelle retenu pour enjamber la RN 406
Projet de passerelle sur la RN 406

Cliquez ici pour découvrir les espaces naturels d'Île-de-France

Préparez votre sortie

Type de lieu

Éléments naturels présents sur ce lieu

Activités

Patrimoine écologique et culturel

Accès

aide

Découvrez également sur ce territoire :

Accéder à la carte

La Tégéval - La (re)conquête de l’est

  • Statut du grand projet : En cours
  • Territoire(s) concerné(s) : La Tégéval

Entre Créteil et Santeny (94), la zone d’interconnexion des TGV va progressivement former un corridor biologique entre la ville et la campagne. Piloté par l’Agence des espaces verts, ce projet porte un enjeu fort : rétablir des liens physiques et naturels entre l’urbain et le rural et construire une liaison verte pour susciter de nouveaux regards, de nouvelles façons de bouger et de se rencontrer. Promenade dans le futur.

Le TGV, c’est idéal pour se déplacer rapidement sur de longues distances. Mais quid des déplacements au quotidien, notamment des Val-de-Marnais qui vivent et évoluent dans un territoire fortement morcelé par les infrastructures : ils subissent les cicatrices visuelles et environnementales des trafics routier et ferroviaire localement denses.
Consciente du problème, la Région Île-de-France a obtenu, dans les années 90, une compensation de l‘État pour initier une coulée verte afin de compenser l’aménagement de la ligne d’interconnexion des TGV.

Le projet est véritablement lancé en 2007 avec la création du Syndicat mixte d’étude et de réalisation (Smer) de la coulée verte de l’interconnexion des TGV, aujourd’hui renommée la Tégéval. Ses participants : la Région, soucieuse de protéger et partager le capital écologique de cette zone, l’Agence des espaces verts (AEV) de la Région Ile-de-France et le Conseil départemental du Val-de-Marne, désireux de relier leurs parcs départementaux et périmètres régionaux. Gilles Duquenoy, responsable du projet au sein de l’AEV, en pilote la maîtrise d’ouvrage. Il résume ainsi les objectifs du Syndicat : « Aménager une circulation douce structurante depuis les portes de Paris vers la campagne seine-et-marnaise et son Chemin des roses (coulée verte de 20km à travers le 77) après Santeny et constituer des boucles de promenades locales en connectant les itinéraires existants ; préserver et valoriser la richesse écologique des sites en utilisant la végétation spontanée et les dynamiques naturelles pour « co-construire » le projet ; restaurer et faire découvrir des paysages dégradés ou délaissés: prairies, vergers, plaines, vallée, coteaux boisés...». Un nécessaire portage collectif.

Doté du budget conséquent de 60 M€ (3 M€ annuels, partagés à hauteur de 60% pour la Région et de 40% pour le Département), le programme d’aménagement est validé depuis fin 2009. Il suppose notamment pour l’AEV, chargé des acquisitions foncières, de maîtriser à terme près de 80 ha.

Un projet répondant aux besoins du public

Associées dans un comité de consultation, les communes sont majoritairement enthousiastes. « Elles ont conscience de l’intérêt du projet pour leurs habitants. De fait, plus qu’une simple piste cyclable, ce corridor végétal de 20 km répondra aux besoins du public en termes de déplacements quotidiens, de détente et de loisirs, de lien social mais aussi aux enjeux écologiques de zones périurbaines remarquables», précise Gilles Duquenoy.

Après la déclaration d’utilité publique en avril 2013, l’année suivante a été consacrée à une série de travaux entre Valenton et Limeil-Brévannes. Puis, un important chantier a été finalisé entre Créteil et Valenton, avec notamment la réalisation d’une passerelle au-dessus de la RN406. Celle-ci a permis aux vélos et piétons de rejoindre l’île de loisirs de Créteil et les transports en commun existants.

En complément des aménagements, a été lancée en mai dernier la première saison des animations dans le cadre de l’appel à projets « Animons la Tégéval ! ». Son but ? Fédérer le public local autour de 3 axes forts : bouger, respirer, se distraire. Ainsi, l’édition 2017 a vu se succéder découverte du patrimoine naturel et régional, théâtre en plein air, pratiques sportives ou encore initiations à la science – autant d’animations développés par les associations locales retenues pour l’occasion.

Et ce n’est pas fini ! « Depuis sa création, la Tégéval avance en fédérant les acteurs du territoire au bénéfice des riverains et de l’ensemble des Franciliens, explique Gilles Duquenoy. Nous ne comptons pas nous arrêter en si bon chemin et souhaitons renouveler les animations en 2018 pour accompagner les nouveaux travaux qui s’engagent ».
Et pour la suite ? En 2020, la continuité entre Créteil et Santeny sera effective. Puis viendront les travaux sur les sites déjà accessibles et la  création de jardins familiaux et de vergers aux abords de la Tégéval, dont l’achèvement est programmé  à l’horizon 2028.

Alors, longue et belle vie à la Tégéval.

Suivez-nous