Sentier en lisière
Sentier en lisière
Aube gelée sur la réserve naturelle régionale du Marais de Stors
Aube gelée sur la réserve naturelle régionale du Marais de Stors
Chaton de saule fleuri
Chaton de saule fleuri
Syrphe sur lierre
Syrphe sur lierre

Cliquez ici pour afficher la carte de ce territoire

Préparez votre sortie

Type de lieu

Éléments naturels présents sur ce lieu

Activités

Patrimoine écologique et culturel

Accès

aide

Découvrez également sur ce territoire :

Accéder à la carte

Marais de Stors

Le marais de Stors, l'un des seuls bas-marais d'Île-de-France, est classé Réserve naturelle régionale depuis 2009 en raison de la variété exceptionnelle de sa faune et de sa flore.

rnr-stors

Une mosaïque de milieux remarquables en lisière de l’Oise

Le Marais de Stors est situé sur la commune de Mériel, à 27 km au Nord de Paris, en bordure de la forêt de l’Isle-Adam et de l’Oise. Il occupe le fond d’une petite vallée, traversée par le Ru du Vieux Moutiers, dans le site classé de la Vallée de Chauvry, à forte valeur paysagère. Malgré une superficie relativement réduite (seulement 47 hectares), cette zone humide se compose d’une mosaïque de milieux sensibles, remarquables pour la richesse de leur faune et de leur flore : pelouses calcicoles, bas-marais alcalin, roselières, ruisselets aux eaux pures, aulnaies marécageuses… Entre le coteau calcicole, très sec, et le bas-marais alcalin, très humide, le vallon recèle de nombreuses espèces protégées, qui lui ont valu d’être répertorié en Zone Naturelle d’Intérêt Écologique, Floristique et Faunistique (ZNIEFF) et classé Réserve naturelle régionale en 2009.

Un lieu chargé d’histoire, abandonné puis restauré

C'est à partir du XIIe siècle, avec l'installation de l'abbaye Notre-Dame du Val en amont du marais, que commence l’aménagement des étangs du domaine. Ils serviront à alimenter les moulins en eau, pour permettre aux moines cisterciens de pratiquer la pisciculture.
Au début du XXe siècle, le marais de Stors est partiellement drainé pour créer des prairies.
À la fin des années 1970, il est finalement laissé à l’abandon.
La Région Île-de-France l’acquiert en 2000 pour lancer, avec le concours de l'Agence de l'Eau Seine-Normandie, un vaste programme d’études et une restauration progressive du site. Son aménagement s’attache à rétablir la circulation de l’eau et restaurer les habitats patrimoniaux.

Un marais choyé pour préserver sa diversité

Les milieux ouverts du site, bas-marais et pelouses, sont régulièrement fauchés. Fauche et débardage à cheval sont même utilisés sur certains secteurs, afin de privilégier un entretien du site en douceur. D'importants travaux de restauration du bas-marais ont été achévés en août 2015.
L’Agence des espaces verts a aussi procédé à d’importants abattages de jeunes arbres afin de réhabiliter des pelouses sur le coteau et de maintenir le marais. Ces interventions permettent un meilleur fonctionnement de la zone humide et favorisent l’apparition ou l’extension d’espèces typiques de ces milieux.
Par ailleurs, des réflexions sont en cours pour mettre en place un pâturage sur le site et maintenir l’ouverture des milieux par le biais d’une gestion extensive.

Près de 70 espèces d’oiseaux et 400 espèces végétales à découvrir

Le marais abrite pas moins de 70 espèces d’oiseaux, parmi lesquelles le Phragmite des joncs, le Loriot d’Europe ou le Rouge-queue à front blanc. Plusieurs espèces d’oiseaux vulnérables s’y rencontrent également, telles que le Râle d’eau ou le Pic noir. Du côté des papillons, l’Ecaille marbrée rouge ou la Grande tortue, protégés à l’échelon régional, butinent sur les pelouses ou dans le boisement marécageux. Les libellules sont tout aussi remarquables avec le Cordulégastre annelé et l’Agrion de Mercure, espèces rares et sensibles à la pollution et à la fermeture des milieux aquatiques. Le marais de Stors est aussi le lieu de vie des batraciens, des reptiles et des chauves-souris.
La flore du marais est également d’une incroyable richesse, avec environ 400 espèces végétales identifiées. Sur les pelouses calcaires, on peut apercevoir plusieurs espèces d’orchidées. Le Lotier à gousses carrées et la Germandrée des montagnes figurent encore parmi les espèces typiques de ces milieux. Plus bas, dans le marais, l’orme lisse dispense son ombre bienveillante aux côtés de l’Orchis négligé ou de la Laîche de maire, autres plantes protégées en Île-de-France.

 

Suivez-nous