La brigade équestre de l'AEV en forêt régionale de Bondy
La brigade équestre de l'AEV en forêt régionale de Bondy © Hellio - Van Ingen
Duo de scarabées en forêt régionale de Ferrières
Duo de scarabées en forêt régionale de Ferrières © Hellio - Van Ingen
Information confinement
Information Confinement
Natur'box 2021 - Lancement des appels à candidature
Natur'Box 2021 - Lancement des appels à candidatures
L'AEV, pour une région grandeur Nature !
L'AEV, pour une région grandeur Nature !
Les séquoias de l'allée des Lions en forêt régionale de Ferrières
Les séquoias de l'allée des Lions en forêt régionale de Ferrières © Hellio - Van Ingen

Cliquez ici pour découvrir les espaces naturels d'Île-de-France

Préparez votre sortie

Type de lieu

Éléments naturels présents sur ce lieu

Activités

Patrimoine écologique et culturel

Accès

aide

Découvrez également sur ce territoire :

Accéder à la carte

Quelle place pour la polyculture-élevage demain en Île-de-France ?

13.02.20
Le 31 janvier dernier, les partenaires du projet POSCIF - Pâturage Ovin en Système Céréalier en Île-de-France - organisaient le premier colloque sur l’avenir de la polyculture-élevage en Île-de-France. Une journée d’échanges riches fédérant agriculteurs, chercheurs, institutionnels, enseignants et étudiants avec un enjeu à la clé : le développement des synergies possibles entre les élevages pâturant et les systèmes céréaliers franciliens. Le but ? Développer un système agricole et alimentaire francilien résilient et durable, pourvoyeur d’emplois.


Visuel OK
Crédit Photo : AEV / N.Prou

Présentant d’indéniables atouts pour pérenniser l’agriculture et l’élevage dans la région, les systèmes mixtes couplant cultures et élevage continuent pourtant à régresser, particulièrement en Île-de-France : difficulté d’accès au foncier, coût élevé des installations, formation et accompagnement techniques parfois complexes, revenus et conditions de vie et de travail difficiles…

Le temps d’une journée, conférences, tables rondes et témoignages d’agriculteurs ont ainsi questionné la place de l’élevage en Île-de-France, qui représente aujourd’hui seulement 6% de la production agricole francilienne (en valeur) : Quelles synergies possibles entre les cultures et l’élevage au sein des fermes et sur le territoire ? Quels leviers pour le développement de ces synergies ? Quelles complémentarités d’usage des sols avec les autres productions ?, autant de sujets débattus lors de cette journée.

La gestion du foncier régional par le pâturage : un levier pour l’installation d’éleveurs ?

Garante du maintien de 17 000 hectares de terres agricoles en Île-de-France (veille foncière menée avec la Safer d’Île-de-France) et propriétaire de 2 300 hectares dédiés à l’activité agricole, l’AEV développe la gestion du foncier agricole régional notamment par le pâturage. Aujourd’hui, 14 de ses sites ont recours à cette pratique dont les avantages, à la fois écologiques et économiques, sont multiples : contribution à l’installation d’éleveurs, prise en compte des enjeux écologiques dans la gestion du site, maintien des espaces ouverts, diminution des coûts de gestion, etc.

À travers les exemples de la Réserve naturelle régionale du Grand-Voyeux et du Domaine des Îles, Christelle Angeniol, responsable de la mission agriculture de l’AEV a partagé son retour d’expérience sur la gestion du foncier agricole régional par le pâturage, ses bénéfices comme ses limites.

Michel Fouchault, Conseiller régional d’Île-de-France, Vice-président de l’AEV et agriculteur a quant à lui débattu sur la place de la polyculture-élevage demain en Île-de-France, aux côtés de Jacques Morineau, porte-parole du collectif « Pour une autre PAC » et Michel Gioria, Directeur de l’ADEME Île-de-France.

Éleveurs et céréaliers franciliens : travailler main dans la main

Ce colloque a par ailleurs mis l’accent sur les partenariats possibles entre éleveurs et céréaliers. Une relation gagnant-gagnant qui participerait à la valorisation de la biomasse disponible dans les parcelles céréalières par le pâturage (valorisation économique, agronomique et environnementale).

C’est tout l’objet du projet POSCIF, piloté par l’association Agrof’île, lauréat de l’appel à projet ADEME GRAINE « Gérer, produire et valoriser les biomasses » et dont les premiers résultats ont été révélés lors de cette journée. À travers un réseau d’agriculteurs-expérimentateurs, il vise à étudier sur trois ans (2019-2022) les synergies possibles entre les élevages ovins pâturant et les systèmes céréaliers franciliens : mise à disposition par les céréaliers de champs après moisson et/ou semis (foncier complémentaire pour les éleveurs), consommation par les troupeaux des mauvaises herbes, limitation d’intrants...

Des travaux de recherche indispensables pour mieux évaluer ces systèmes, (re)penser la place de l’élevage ovin au sein de systèmes de cultures céréalières et à terme, déployer des leviers supplémentaires pour le développement d’une agriculture francilienne durable et diversifiée.

En savoir plus

Suivez-nous