La brigade équestre de l'AEV en forêt régionale de Bondy
La brigade équestre de l'AEV en forêt régionale de Bondy © Hellio - Van Ingen
Lancement du concours
Lancement du concours "Balise ta Balade!"
Lancement de notre nouvelle application mobile : Balade Branchée
Lancement de notre nouvelle application mobile : Balade Branchée
Les séquoias de l'allée des Lions en forêt régionale de Ferrières
Les séquoias de l'allée des Lions en forêt régionale de Ferrières © Hellio - Van Ingen

Cliquez ici pour découvrir les espaces naturels d'Île-de-France

Préparez votre sortie

Type de lieu

Éléments naturels présents sur ce lieu

Activités

Patrimoine écologique et culturel

Accès

aide

Découvrez également sur ce territoire :

Accéder à la carte

Marais de Stors : une ancienne tourbière reprend vie

31.10.18
travaux-stors

En lisière de l’Oise se trouve un lieu tout particulier, où la nature et l’homme se rendent service l’un à l’autre. Bienvenue dans la Réserve naturelle régionale du Marais de Stors…

Les travaux de restauration d’une ancienne tourbière* portant sur 9 ha, située au cœur de la Réserve naturelle régionale du Marais de Stors, se sont récemment terminés.

Point d’orgue de la renaturation du Marais, ces travaux ont vocation à permettre à cette mosaïque de zones humides de 47 ha, de recouvrer pleinement ses fonctions de préservation de la qualité des eaux, de régulation des crues et de protection de la biodiversité.

Un site aux nombreux atouts

Le Marais de Stors est situé sur la commune de Mériel (Val d’Oise), à 27 kilomètres au Nord de Paris. Laissé à l’abandon depuis la fin des années 70, ce lieu exceptionnel composé de roselières, de ruisselets et de marécages, a été acquis par l’AEV en 2000 puis classé en tant que Réserve naturelle régionale en 2009.

Le but ? Sauvegarder et mettre en lumière les nombreux atouts qui font des zones humides de ce lieu, des écosystèmes essentiels pour les hommes comme pour les animaux.

« La Réserve naturelle régionale du Marais de Stors est traversée par le Ru du Vieux Moutiers, affluent de l’Oise. Le Marais permet l’épuration partielle de ses eaux, en provenance de la vallée de Chauvry, explique Christine Caillière, technicienne à l’AEV en charge de la Réserve. Il agit aussi comme une véritable éponge, absorbant les surplus d’eau en période d’inondation, limitant ainsi les dégâts causés aux hommes, restituant ensuite cette eau lors des périodes de sécheresse. Les marais sont de vrais alliés pour la régulation des crues ».

Le Marais abrite pas moins de 70 espèces d’oiseaux, parmi lesquelles le Loriot d’Europe, le Râle d’eau ou le Pic noir. Du côté des papillons, l’Ecaille marbrée rouge ou la Grande tortue, protégés à l’échelon régional, butinent dans le boisement marécageux.

Les libellules sont tout aussi remarquables avec l’Agrion de Mercure, espèce rare et sensible à la fermeture des milieux aquatiques. Enfin, le Marais de Stors est aussi le lieu de vie des batraciens, des reptiles et des chauves-souris, groupes d’espèces primordiaux pour les équilibres biologiques.

Vitales pour la biodiversité, efficaces contre les inondations et incontournables pour tous les amoureux de la nature, les zones humides sont présentes sur plus de 400 ha dans l’ensemble des propriétés régionales gérées par l’AEV.



Vous souhaitez allez admirer le résultat des travaux ? C’est très simple ! Depuis la gare de Mériel (ligne H du Transilien), suivez les panonceaux indiquant la Réserve. Après 15 minutes de marche environ, vous découvrirez la grande roselière, marquant l’entrée du site.

Longez-là, puis empruntez le 1er chemin à droite. Après 800 m environ, vous arriverez à un carrefour d’où vous pourrez pleinement admirer la tourbière!

* Une tourbière, par définition, est une zone humide, colonisée par la végétation, dont les conditions écologiques particulières ont permis la formation d’un sol constitué d’un dépôt de tourbe.

En savoir plus

Suivez-nous