Cheval blanc dans la plaine agricole de l'espace naturel régional du plateau de Saclay
Cheval sur la plaine agricole de l'espace naturel régional du Plateau de Saclay
Plan d'eau dans l'espace naturel régional du plateau de Saclay
Plan d'eau dans l'espace naturel régional du plateau de Saclay
Promenade boisée dans l'espace naturel régional du plateau de Saclay
Promenade boisée dans l'espace naturel régional du plateau de Saclay
Ciel gris sur champ de blé sur l'espace naturel régional du plateau de Saclay
Champ de blés sur l'espace naturel régional du Plateau de Saclay

Cliquez ici pour afficher la carte de ce territoire

Préparez votre sortie

Type de lieu

Éléments naturels présents sur ce lieu

Activités

Patrimoine écologique et culturel

Accès

aide

Découvrez également sur ce territoire :

Accéder à la carte

Plateau de Saclay

Situé à 20 kilomètres de Paris, le plateau de Saclay s’étend sur 5 000 hectares, dont la moitié sont des surfaces agricoles. Plus de 2 000 hectares sont aujourd'hui protégés par l’Agence des espaces verts. Histoire d’un marécage devenu une exploitation de grande qualité.

Des terres agricoles aux portes de l'agglomération parisienne

L'espace agricole du plateau de Saclay assure, à 20 kilomètres de Paris, une exploitation de haut rendement et de grande qualité. La proximité de deux grands sites naturels, la vallée de la Bièvre et celle de l’Yvette, renforce la nécessité de préserver l’agriculture sur ce plateau. Ce territoire est délimité par la vallée de la Bièvre au Nord, le centre d'Études Nucléaires de Saclay et la ville de Villiers-le-Bâcle au Sud, la plaine de Corbeville à l’Est et l’aérodrome de Toussus-le-Noble à l’Ouest. Partie intégrante du plateau, le site régional de la Cour Roland est situé sur le versant Nord de la vallée de la Bièvre, à proximité de l’aérodrome de Vélizy-Villacoublay et de la forêt domaniale de Versailles.

Un territoire naturel modelé par l'homme

Le plateau de Saclay fut une terre très marécageuse jusqu’au début du XVIIe siècle, époque au cours de laquelle furent entrepris les travaux hydrauliques nécessaires à l'alimentation en eau du parc du château de Versailles. Colbert, ministre du roi Louis XIV, et Gobert, surintendant des bâtiments, mirent alors en œuvre trois grands projets pour l’adduction de l’eau : les étangs supérieurs de Trappes et d’Arcy, les étangs inférieurs du plateau de Saclay et la machine de Marly.
Ces travaux ont fortement modifié la morphologie du site. De légères pentes ont notamment été créées pour drainer, rassembler les eaux pluviales et les amener, par un réseau de rigoles et d’aqueducs, jusqu'aux étangs Du Pré Clos, de Saclay, d’Orsigny et du Trou Salé.
Ces aménagements ont assaini le territoire et ont transformé le plateau en un lieu de production agricole intensive. Il aura cependant fallu attendre le XIXe siècle pour que le caractère agricole de ce site se confirme. Dès lors, l'agriculture du plateau se diversifie et se modernise tout au long du XXe siècle tandis que, parallèlement, des équipements scientifiques importants et des structures aéronautiques s’implantent à proximité. Les centres urbains du secteur connaissent alors un développement significatif.
Le site de la Cour Roland, ainsi nommé depuis 1290, est agrémenté d’un jardin classique du XVIIe siècle, qui devient parc à l’anglaise au XVIIIe. Son château est détruit pendant la Deuxième Guerre mondiale. En 1962, l'État acquiert la totalité du domaine de la Cour Roland dans le cadre des projets d’urbanisation du plateau de Vélizy-Villacoublay et en attribue une partie au district de la Région Parisienne. La région Île-de-France est ainsi devenue propriétaire en 1973 d’environ 30 hectares de l’ancien domaine, situés sur la commune de Jouy-en-Josas.

Des espaces de détente à vocation pédagogique

Aujourd’hui, la partie du domaine de la Cour Roland gérée par le Syndicat Intercommunal de Jouy-Vélizy accueille une île de loisirs, équipée de terrains sportifs et d’espaces de détente sur une surface de 17 hectares. S'y ajoutent aussi un centre artisanal et un relais-nature, dont la vocation est de promouvoir le respect de la nature grâce, notamment, à une documentation importante. Outre ses qualités naturelles, le domaine assure ainsi une véritable mission culturelle.
La forêt a également été aménagée par l’Agence des espaces verts. Un sentier nature, créé en partenariat avec la Fondation d'Électricité de France, permet de découvrir le milieu forestier. Long d’un kilomètre et bordé d’un petit talus, ce chemin en creux permet de parcourir les 18 stations du sentier. Chacune des étapes aide à la reconnaissance des essences forestières, grâce à des tables d’information illustrées d’un dessin représentant les caractéristiques botaniques des espèces végétales rencontrées.
Enfin, le centre équestre et les aménagements du parc de Saint-Thibault ajoutent encore à l'intérêt du site.

 

Grands projets

Le protocole de Saclay - Un laboratoire agricole à ciel ouvert

Et si l’avenir de l’agriculture se jouait au beau milieu de la « Silicon Valley » française, à quelques dizaines de mètres de l’Ecole Polytechnique ? Propriétaire, à Palaiseau (Essonne), d’une parcelle au passé agricole, l’AEV projette en effet d’y créer un véritable laboratoire scientifique à ciel ouvert, où seraient menées des expérimentations sur la renaturation des sols et l’agroforesterie. Un projet né sous le crayon de Gilles Clément, paysagiste théoricien du jardin en mouvement, du jardin planétaire et du tiers paysage.

Lire la suite

Suivez-nous