Le Centre national de la danse, à Pantin, accueillait ce second colloque de l'AEV
Table ronde n°1 : La maîtrise foncière publique est-elle un moyen efficace de protéger les terres agricoles périurbaines ?
La palme du canard vs. l'empreinte de l'Homme... opposition ou cohabitation ?
Hervé PLAGNOL, rédacteur en chef d’AgraPresse, animait ce colloque "Agriculteurs vs. Urbains"
Table ronde n°2 : Dialogue ville/campagne : Quelle communication adopter pour rétablir le lien entre deux mondes qui ne se connaissent plus ?
Le sujet a su trouver son auditoire : ce colloque agriculture affichait complet !
Face à face n°1 : La prise en compte de l’environnement dans la réglementation est-elle un frein à la productivité de l’agriculture francilienne ?

Cliquez ici pour découvrir les espaces naturels d'Île-de-France

Préparez votre sortie

Type de lieu

Éléments naturels présents sur ce lieu

Activités

Patrimoine écologique et culturel

Accès

aide

Découvrez également sur ce territoire :

Accéder à la carte

Colloque 2012 : Agriculteurs VS urbains, le face à face

Centre Nationale de la Danse, Pantin

En partenariat avec les Jeunes Agriculteurs d’Île-de-France et Agra Presse Hebdo, l’AEV a organisé un colloque pour combattre les idées reçues qui creusent trop souvent le fossé de l’incompréhension entre agriculteurs et urbains ! Agriculteurs, élus locaux, représentants de la grande distribution, mais aussi urbanistes, paysagistes, environnementalistes, économistes, associations… tous ont répondu présent. Ce moment à été l’occasion de s’interroger sur l’avenir de l’agriculture en Europe, en France et sur les répercussions au niveau régional : la ville peut-elle se construire en prenant en compte l’agriculture ? La maîtrise foncière publique est-elle un moyen efficace de protéger les terres agricoles périurbaines ? La prise en compte de l’environnement dans la règlementation est-elle un frein à la productivité de l’agriculture périurbaine ? Autant de thèmes d’actualité passés au crible, le 20 novembre 2012, par les 200 acteurs de l’agriculture francilienne réunis à Pantin.

Colloque animé par Hervé PLAGNOL, rédacteur en chef d’AgraPresse.

LE DÉROULÉ

  • 9h30 - Introduction du colloque

    Par le Président de l’AEV, le Président des Jeunes agriculteurs Île-de-France et la Vice présidente du Conseil régional d’Île-de-France en charge de l’environnement, de l’agriculture et de l’énergie

  • 10h00 - Table ronde n°1 : La maîtrise foncière publique est-elle un moyen efficace de protéger les terres agricoles périurbaines ?

    Brigitte BRODIER, Coline PERRIN (INRA), Hervé BILLET (SAFER), Olivier THOMAS (AEV), Philippe CACCIABUE (Terre de Liens), Pierre BOT (Jeunes Agriculteurs d’Ile-de- France) et Vincent JOLIVET (Conservatoire du littoral)

    Le foncier est souvent perçu comme le nerf de la guerre dans le maintien d’une agriculture périurbaine fonctionnelle. Chaque année, l’Île-de-France perd plus de 1200 ha de terres agricoles. Pour contrecarrer la pression urbaine qui détruit irrémédiablement ce patrimoine, et face à des documents d’urbanisme trop mouvants, des fonds publics sont mobilisés pour acquérir les terrains dans le but de conserver leur vocation agricole. L’objectif de cette première table ronde fut de débattre autour de l’efficacité de ce moyen d’action, de ses avantages, de ses travers et de ses perspectives.
    Ce premier débat fut aussi une opportunité pour confronter les points de vue entre, d’un côté, le monde agricole qui veut protéger son outil de production mais qui craint une maîtrise publique du foncier et, de l’autre, les institutions publiques qui veulent protéger l’agriculture et construire des logements. Ce sujet a aussi permis de toucher du doigt l’ambiguïté des discours souvent entendus où cohabitent la volonté de pouvoir librement valoriser son patrimoine foncier et le souhait de protéger les terres agricoles contre l’urbanisation.

  • 11h15 - Table ronde n°2 : Dialogue ville/campagne : Quelle communication adopter pour rétablir le lien entre deux mondes qui ne se connaissent plus ?

    Chantal COLIN (ville d'Argenteuil), Isabelle DESFORGES, Luc LE CHATELIER (Télérama), Marie RICHARD (Ministère de la jeunesse et des sports), Monique POULOT MOREAU (Université Paris Ouest Nanterre - La Défense), Philippe MARGUERY (Chapeau de paille) et Thierry LAVERNE (Triangle Vert)

    Le mode de vie occidentalisé a progressivement éloigné les urbains de la réalité rurale et agricole. Par ailleurs, une simplification à outrance des messages véhiculés par les médias a conduit à ancrer dans les esprits des idées reçues (« les agriculteurs sont des pollueurs », « les agriculteurs vivent de primes »), qui ont accentué l’incompréhension entre agriculteurs et consommateurs, entre ville et campagne.
    La profession agricole se sent agressée et peine à redorer son image auprès du grand public. La communication agricole qui porte souvent sur les filières et les produits, ne devrait-elle pas s’orienter sur le métier d’agriculteur et en expliquer la réalité, loin des mythologies campagnardes véhiculées par les urbains ? Le regain d’intérêt connu par les circuits courts et qui semble correspondre à une demande sociale forte n’est-il pas l’occasion de recréer du lien social ?

    L’objectif de cette table ronde fut de débattre autour de la perception de l’agriculture par les urbains, d’évoquer les solutions qui existent ou qui pourraient être mise en œuvre pour parler de l’agriculture autrement et regagner la confiance perdue.

  • 14h30 - Face à face n°1 : La prise en compte de l’environnement dans la réglementation est-elle un frein à la productivité de l’agriculture francilienne ?

    Damien GREFFIN (FRSEA IDF) et Michel RIOTTOT (Île-de-France Environnement)

    En France, la prise en compte de l’environnement s’est traduite par un empilement réglementaire conduisant à des lourdeurs administratives et à des contraintes techniques. La profession agricole francilienne dénonce une écologie punitive qui nuit à la productivité et à la compétitivité de l’agriculture. À l’inverse, les défenseurs de l’environnement et certaines institutions publiques considère que les efforts faits ne sont pas suffisants et qu’il faut aller plus loin pour améliorer la qualité des eaux et de la biodiversité.

  • 15h30 - Face à face n°2 : La grande distribution dicte-t-elle sa loi aux agriculteurs ?

    Cédric BEAURAIN (Producteurs en direct) et Pierre BOURDEREAU (Groupe Casino)

    La grande distribution est régulièrement montrée du doigt pour imposer ses prix aux producteurs qui se trouvent pris en étau entre des charges qui augmentent et un chiffre d’affaire qui stagne. Pourtant, la grande distribution a bien compris qu’elle doit se rapprocher du producteur pour gagner la confiance de ses clients. Est-il possible d’aller vers un partenariat gagnant/gagnant où chacun serait rémunéré à hauteur de son travail ?

  • 16h30 - Face à face n°3 : La ville peut-elle se construire en prenant en compte l’agriculture ?

    Christophe HILLAIRET (Chambre d'agriculture interdépartementale d'Île-de-France) et Michel CANTAL-DUPART

    Pendant des années, la ville a été pensée en tournant le dos à la campagne. Heureusement, cette situation est en train de changer. La prise de conscience du caractère non renouvelable de notre patrimoine agricole et la volonté d’améliorer le cadre de vie des citadins pousse les urbanistes à intégrer les espaces naturels et agricoles dans leurs projets. Comment penser le projet urbain en intégrant les espaces agricoles ? L’espace agricole peut-il devenir le point de départ de la réflexion ? Comment conserver la fonctionnalité de l’agriculture tout en garantissant l’existence d’une ville dense, agréable et pratique pour ses usagers ?

  • 17h00 - Conclusion du colloque

    Ministre de l’agriculture

Suivez-nous